Vous êtes ici

Van Emelen, Adrien Henri Vital (1868 - 1943)

Adrien van Emelen
Social Media: 

Adrien Henri Vital van Emelen est né en 1868 à Louvain, Belgique. Fils du sculpteur Leon van Emelen, il a étudié dans le même établissement que son père, l’Académie des Beaux-Arts de sa ville d’origine. Là, il a étudié avec Constantin Meunier (qui s’est avéré être l’une de ses influences majeures) et, par la suite, avec Auguste Rodin à Paris.

Livro van Emelen
L’auteur belge Marc Storms, coordinateur de Belgian Heritage au Brésil, a écrit le livre “Ad. H. van Emelen: A trajetória de um artista belga em São Paulo”,, une publication qui passe en revue la trajectoire de l’artiste belge vivant au Brésil dans les années 1920. Marc révèle la biographie de l’artiste et divulgue ses œuvres les plus pays d'origine et au Brésil.

Compre já seu exemplar na loja online patrimoniobelga.lojavirtualnuvem.com.br por R$ 90,00.

Le jeune artiste s’était déjà montré très actif en tant qu’étudiant en Belgique, où il participait de différents événements en exposant ses travaux. Il a exposé ses œuvres à diverses éditions du Prix de Rome de sculpture et dans les salles triennales, ainsi qu’à l’occasion des expositions universelles de Bruxelles et d’Anvers.

Il a également contribué à l’enseignement des arts plastiques, comme professeur de dessin, à partir de 1896, dans les écoles de Hasselt, Anvers, Malines et Louvain.

Sa carrière a surtout été marquée par des commandes d’œuvres particulières. En Belgique, il a produit des œuvres pour le gouvernement national et plusieurs communes, en plus d’universités et d’institutions culturelles. Son travail allait de sculptures pour des bâtiments publics à des médaillons et petites figurines en terre cuite et bronze, très populaires à l’époque, qui représentaient des personnages tels que des mineurs et travailleurs dans les champs.

Victime de la première guerre mondiale, tout comme 1,5 millions de belges, il a dû quitter sa terre natale et se mettre temporairement à l’abri en Grande-Bretagne où il a enseigné les arts plastiques et le français. De retour en Belgique, face à un pays en ruine et en l’absence de perspectives, il décida de tenter sa chance et de commencer une nouvelle vie dans le Nouveau Monde. Avec l’aide de Don Amaro, son grand frère qui était déjà résident au Brésil, et une invitation de Don Miguel Kruse, abbé de l’Abbaye de Saint Benoît, il a émigré avec toute sa famille à São Paulo en 1920, à l’âge de 52 ans.

A D H Van Emelen

Dans la capitale de l’Etat de São Paulo, il a connu l’âge d’or du café, « l’or vert brésilien », et les premières étapes de l’industrialisation qui métamorphoserait la ville pour devenir une métropole. Scène de changement et avec une élite avide de « modernité », la ville offrait alors d’innombrables possibilités pour les artistes, et en particulier pour les artistes étrangers.

Grâce à Ramos de Azevedo, van Emelen a installé son atelier dans le Palais de l’Industrie. C’est là qu’il a créé quelques-unes de ses œuvres les plus significatives, tel que l’ensemble de sculptures religieuses pour les abbayes de Saint Benoît et Sainte Marie et aussi pour l’hôpital Sainte Catherine, en plus de deux statues de bandeirantes pour le Musée Pauliste. Il a aussi fait connaître ses œuvres en dehors des limites de la ville grâce au projet des gardiens de la tour de la Bourse du Café à Santos et le buste du baron Homem de Mello à Pindamonhangaba. En tant que peintre, l’artiste belge a créé une multitude de peintures qui ont embelli les maisons de São Paulo avec un large éventail de sujets. Il a peint des scènes bucoliques, tels que des ports et des paysages champêtres, des natures mortes, des scènes de la ville et des portraits officiels. Point d’orgue de sa création, les peintures des Arcades de la Faculté de Droit et la représentation des différents types de la population du Brésil, tels que les indigènes, les paysans, les afro-descendants et les caboclos. On peut trouver les peintures de van Emelen dans divers endroits de la ville de São Paulo. L’une des plus grandes collections se trouvent dans le Musée Pauliste qui, en 2010, a reçu une donation de 33 tableaux des héritiers de la famille Dupas. On rencontre également quelques œuvres à la Pinacothèque de l’État de São Paulo, au Musée Afro Brasil, au Musée d’art de São Paulo, à la Faculté de Droit du Largo de São Francisco (USP) et le Musée républicain dans la ville d’Itu. Enfin, il subsiste encore des œuvres parmi ses proches ou encore dans des collections privées.

Van Emelen est mort en 1943 à São Paulo et, bien que ses œuvres soient à la portée du grand public, l’artiste est pratiquement méconnu dans l’historiographie des arts plastiques brésiliens. Ainsi, à l’écart des discussions au sujet de l’art moderne, cet ouvrage souhaite apporter une lumière sur l’existence d’une production artistique très forte et vigoureuse au Brésil, ayant un lien étroit avec la tradition européenne.

Dom Amaro, seu irmão mais velho Jacques, morava no Mosteiro de São Bento em São Paulo, onde era reitor do Colégio de São Bento. É bem possível que Jacques tenha lhe falado sobre os planos do Dom Miguel Kruse, o então abade, para construir uma nova basílica.

Logo depois da invasão do exército alemão, em agosto de 1914, à Bélgica, a cidade de Lovaina foi incendiada e a casa da família Van Emelen destruída. É sabido que Van Emelen exiliou-se para o País de Gales durante a Primeira Guerra Mundial.

Logo depois do fim da Primeira Guerra Mundial, em 23 de agosto de 1920, Adrien chegou ao Brasil com dois filhos. A sua mulher e as quatro filhas chegaram no fim do mesmo ano. Essa mudança deveu-se ao convite de Dom Kruse, abade do mosteiro de São Bento, empenhado em dotar ao mosteiro obras de arte para valorizá-lo, à procura de artistas de reconhecida competência.

Por intermédio de Ramos de Azevedo (1851 - 1928) instalaram-se no Palácio das Industrias em São Paulo diversos artistas como Oreste Mantovani, Nicola Rollo, Victor Brecheret, Rigoletto Mattei e também Van Emelen. Ele possuía como auxiliares Rollo, Humberto Cozzo e, depois, Bruno Giacobbe. Van Emelen executou lá, a partir de 1920, diversas esculturas.

Como escultor, Adrien van Emelen é autor de obras importantes e de acesso público em São Paulo. Para o Mosteiro de São Bento realizou a Pietá, os Doze Apóstolos e as estátuas Santa Ana e Santa Gertrudes; para o Museu Paulista, as figuras dos bandeirantes Manoel Preto e Francisco de Brito Peixoto; para o Hospital Santa Catarina, a estátua da Santa Catarina; para a Bolsa do Café em Santos (atual Museu do Café), quatro esculturas representando a Agricultura, o Comércio, a Indústria e a Navegação e na cidade de Pindamonhangaba, o busto do Dr. Francisco Inácio Marcondes Homem de Mello.

Como pintor, van Emelen foi autor de pinturas históricas por encomenda e prolífico na produção de retratos de tipos populares e também de paisagens.

Por encomenda do diretor do, Affonso Taunay, Van Emelen pintou a “Cena Porto de Santos - Jantar do Porto de Santos” (IC 19267) e “Tropeiros à Beira da Estrada” (IC 19263), “Rancho na Estrada de Sorocaba” (IC 19418), “Velhas arcadas da Faculdade de Direito da USP” (IC 19014), “Centenário de Porto Feliz” (sem data) e “Caboclos do Sertão do Tietê” (1930). No acervo do museu encontram-se também três estudos de vasos e um “Detalhe da escadaria do Museu Paulista, com estudos de vasos exibidos na exposição “Coleções em Diálogo: Museu Paulista e Pinacoteca de São Paulo”. Em 2010 o Museu Paulista recebeu uma doação de 34 pinturas de Van Emelen da Coleção Elisiário Dupas, doada à instituição por sua filha, Juacy Aparecida Trindade Dupas. As pinturas e suas molduras foram restauradas em 2013.

O Museu Afro Brasil, em São Paulo, expõe três óleos sobre madeira e um óleo sobre metal não tituladas de autoria do Ad. H. van Emelen.

Van Emelen aparece na coleção da Pinacoteca do Estado de São Paulo. No catálogo de 1954, na seção “Obras não expostas - pintura” aparecem quatro títulos “Paisagem”, “Academia de Direito - S. Paulo”, “Cabeça de preto” e “Preta fumando”. O catálogo de 1960 contém as mesmas pinturas com indicação que a obra “Paisagem” foi cedida por empréstimo no Palácio do Governo. O livro “Pinacoteca do Estado: Catálogo Geral de Obras” (Imprensa Oficial do Estado IMESP 1988) só contem uma referencia a H. Van Emelen com a pintura “Academia de Direito” (óleo s/ madeira de 35,5 x 24,2 cm tombo 1376).

Há também um retrato em tinta a óleo sobre tela de sua autoria no Seminário de Pirapora do Bom Jesus (SP). Foi pintado em 1927 e representa o Dom Alderico Albrechts. O Seminário foi fundado em 1897 pela Abadia de Averbode (Bélgica).

Os parentes do artista possuíam grandes coleções de pinturas de Van Emelen. Regularmente obras do artista aparecem nas casas de leilão online.

Adrien van Emelen en Valentine Stockmans

Van Emelen Adrien Paleta