Vous êtes ici

Vila Belga (Santa Maria)

Location: 
Rua Dr. Wauthier, Santa Maria - Rio Grande do Sul
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas
Inauguration: 
Mercredi, 9 août, 1905
Tipologia: 
Tombado: 
sim
Santa Maria Vila Belga Rua Wauthier 01
Santa Maria Vila Belga Rua Wauthier 01
Santa Maria Vila Belga Rua Andre Marques 02
Santa Maria Vila Belga Rua Marques 02
Santa Maria Vila Belga Rua Andre Marques 01
Santa Maria Vila Belga Rua Marques 01
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 07
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 07
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 07
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 06
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 05
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 05
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 04
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 04
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 03
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 03
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 02
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 02
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 01
Santa Maria Vila Belga Rua Manoel Ribas 01
Santa Maria Vila Belga Rua Beck 02
Santa Maria Vila Belga Rua Beck 02
Santa Maria Vila Belga Rua Beck 01
Santa Maria Vila Belga Rua Beck 01

La Vila Belga est un ensemble de bâtiments construits par l’entreprise « Compagnie Auxiliaire des Chemins de Fer au Brésil » pour ses employés. Son nom fait référence à la nationalité de la société et de ses premiers habitants. Le district est situé à proximité de la gare routière de la ville de Santa Maria, dans le sud de l’Etat brésilien du Rio Grande do Sul. En plus des logements, se trouvent également le siège de la  « Cooperativa de Consumo dos Empregados da Viação Férrea Rio Grande do Sul ' (CEVFRGS), le club de chemins de fer et cinq entrepôts construits.  Le groupe a été conçu entre 1905-1907, par l’ingénieur belge Gustave Vauthier, qui à cette époque était directeur de la compagnie Auxiliaire. Il s’agit, par conséquent, d’une initiative de grande importance dans la région.

En 1898 la société belge la Compagnie Auxiliaire des Chemins de Fer au Brésil (Auxiliaire), a loué le chemin de fer Porto Alegre - Uruguaiana. Peu après, en 1901, elle a relocalisé vers Santa Maria ses ateliers fonctionnant à Taquari. En 1905, pour prendre en charge l’administration l’ensemble de toute la Viação Férrea do Rio Grande do Sul (VFRGS), Auxiliaire a transféré également son siège social à Santa Maria. A cette époque, Santa Maria abritait les ateliers de la Compagnie belge des Chemins de Fer du Sud-Ouest Brésiliens, responsable de la ligne Santa Maria-Cruz Alta.Ce choix a été stratégique car Santa Maria, après le début de la construction de la Santa Maria-Marcelino Ramos et la prévision de son extension à Sao Paulo, est devenu l’un des principaux carrefours de la ligne. En 1910, la ligne ferroviaire partant de Itararé (SP),  passant par Marcelino Ramos et Santa Maria, et atteignant Rio Grande, a été achevée, formant la voie ferrée du chemin de fer São Paulo-Rio Grande. Cette intégration a renforcé ville de Santa Maria comme une ville ferroviaire, un titre mérité au moins jusqu’au milieu des années 1960.

LE PROJET DE L’INGÉNIEUR BELGE GUSTAVE VAUTHIER

Pour loger ses employés diplômés (mais pas exactement du premier grade) qui travaillaient directement dans l’activité de la cour ferroviaire, Auxiliaire a acquis le 9 août 1905, une parcelle urbaine proche de la station de Santa Maria, et a initié la construction d’une série de résidences, un ensemble d’immeubles connu sous le nom « Vila Belga ». Le projet a été conçu par l’ingénieur belge Gustave Vauthier, à l’époque directeur de la société Companhia et qui actuellement donne son nom à l’une des rues qui se croisent la Vila Belga (la rue Dr. Wauthier). Les directeurs de la compagnie ont vécu dans les fermes sur l’Avenida do Progresso (devenue maintenant Avenida Rio Branco) qui reliait la station au centre de Santa Maria. Vauthier construit lui-même, sur cette Avenue, sa propre maison qui, malheureusement, a été abandonnée. La maison du directeur Manoel Ribas setrouve encore au n ° 303 sur l’Avenida Rio Branco. Les ouvriers vivaient de l’autre côté de la ligne de chemin de fer, dans le quartier Itararé.

Il existe peu de données disponibles sur la quantité de cheminots entassés dans leurs unités (ateliers, gares, bureaux, etc.), dont le siège est à Santa Maria. L’historien originaire du Rio Grande, Antonio Isaía, a estimé que, seulement dans les ateliers de Santa Maria, le nombre de travailleurs a était de 589 en 1921, atteignant 750 au début des années 40.

La Vila Belga a été le deuxième ensemble de résidences de l’Etat du Rio Grande do Sul et construit pour loger les travailleurs d’une entreprise. Composée initialement de seulement quelques unités résidentielles, la ville s’est vue agrandir avec la construction d’une pharmacie (1917), une école d’Arts et Administration (1918-1920), une boucherie (1920), une école (1924-1930), une Maison de Santé (1931-1933), une boulangerie et fabrique de biscuits (1962). La ville compte également sur d’autres bâtiments tels qu’une imprimerie, une usine de torréfaction et préparation de café, une fabrique de savon, le Club des Travailleurs, la construction d’entrepôts et le siège de la coopérative.

Santa Maria Vila Belga Rua Marques

Cependant, les conflits en Europe, qui finalement ont amené au déclenchement de la première guerre mondiale, bien qu’ayant généré une augmentation des exportations vers les pays impliqués dans les conflits, ont provoqué l’endettement de la société belge. Ainsi, en 1910 le Brésil Railway Company a acquis 70 % des actions d’Auxiliaire.

Même après le changement de l’administration de l’Auxiliaire, la Vila Belga a continué à servir de lieu de résidence pour le personnel de la ligne. Depuis le 6 janvier 1988, la Vila Belga est considérée comme patrimoine historique et culturel de la commune de Santa Maria (loi n° 2983/88). Le 13 novembre 1997, les maisons sont devenus des propriétés privées suite à des enchères qui ont donné la préférence aux résidents.

Malgré avoir été construite par une compagnie de chemin de fer dont l’objectif était de fournir des logements à proximité des lieux de travail des employés, le village est configuré comme un traditionnel « village ouvrier ». Ceci est plutôt comme un petit quartier de la ville de Santa Maria, non séparé des villes et construit différemment des principes et de l’organisation sociale hiérarchisée. Ses habitants jouissent de conditions égales dans leurs maisons, variant en taille, mais pas en qualité.

La construction des maisons a été réalisée par étapes, à partir de 1905, se concluant en 1907, composant un ensemble de 84 maisons mitoyennes. Il est important de noter qu’il existe, dans les diverses sources bibliographiques, des différences concernant les dates et les détails. Les panneaux d’information installés à l’entrée de la Vila Belga, avec le texte fourni par les Archives du Secrétariat de la commune touristique de Santa Maria, informent que la Vila Belga a été inaugurée en 1903 et que son créateur a été l’ingénieur belge Gustave Wauthier. Le Professeur Dr. Caryl Lee a écrit à la page 144 de son livre « Actes du séminaire : Territoire, patrimoine et mémoire » (Santa Maria, 2001), la preuve attestant que l’Auxiliaire a acheté le 9 août 1905 un terrain de 47 250 m ² de Osvaldo Beck et son épouse Luiza. De plus, le nom de l’ingénieur belge commence avec V et pas W comme indique les différentes lettres qui se trouvent dans les archives historiques de Santa Maria. En conclusion, la construction de la dernière maison de la Vila Belga s’est probablement faite au début du mois d’avril 1907. Les documents officiels concernant la fin de la construction des maisons n’ont pas encore été trouvé. Un article du journal « A Tribuna » du 13 avril 1907 a signalé l’intervention policière dans une dispute entre les travailleurs qui célébraient la conclusion de la dernière maison.

INSPIRATION BELGE

Para a construção da Vila Belga, o engenheiro belga Gustave Vauthier inspirou-se no “Traité d’Architecture” (5 volumes publicados entre 1898 e 1901) de Louis Cloquet.  Louis Cloquet (1849 Seneffe, Bélgica - 1920 Gent, Bélgica) foi um arquiteto e engenheiro de pontes e estradas. Além do seu trabalho como arquiteto municipal na Bélgica, foi ainda professor na Universidade de Gante e na Escola de São Lucas onde teve papel destacado no final do século XIX. Junto ao Instituto de Belas Artes da cidade de Antuérpia, Cloquet teve uma produção teórica significativa que, em São Paulo, repercutiu principalmente através do seu “Traité d'Architecture”, empregado como livro texto no curso de engenharia e arquitetura da Escola Politécnica de São Paulo. O livro “Traité d'Architecture” foi encontrado na biblioteca de Vauthier e faz atualmente parte da biblioteca da Universidade Federal de Santa Maria. Vale a pena lembrar que o próprio Gustave Vauthier formou-se também como engenheiro de pontes e estradas em 1884 na já mencionada Universidade de Gante. No período de estudo de Vauthier, Cloquet ainda não havia sido  nomeado professor, o que apenas aconteceria em 1890.

O Prof. Dr. Ricardo Rocha destaca a relação da Vila Belga com a obra de Louis Cloquet em questões como a localização da vila, os tipos de unidades e suas possibilidades de formação em conjuntos e da necessidade de diversidade, identidade e isolamento das unidades. Para Cloquet, a uniformidade dos bairros construídos para a população operária gerava monotonia e banalidade, além de negar a individualidade humana e a dignidade do proletariado. Vauthier era consciente dessas preocupações e criou diversos tipos de casas.  No processo de tombamento, as 80 unidades habitacionais ainda existentes foram identificadas em cinco tipos.

Santa Maria Vila Belga Casas 05 tipos

Modèle 1 - maison mitoyenne avec accès par le côté de la façade : caractérisée par la  présentation de 4 fenêtres en guillotine à la façade avant et une porte centrale à la façade latérale.

Modèle 2 – maison mitoyenne avec accès par la façade principale (I) : caractérisée par la présentation de 4 fenêtres en guillotine séparées, deux par deux, par l’union des deux portes appartenant aux maisons.

Modèle 3 – maison mitoyenne avec accès par le côté en retrait : caractérisée par la  présentation de 4 fenêtres en guillotine à la façade avant, façade côté aveugle et les portes des unités à l’arrière du bloc principal.

Modèle 4 – maison mitoyenne avec accès par la façade principale (II) : caractérisée par la présentation de 6 fenêtres en guillotine, trois par unité, et deux portes éloignées l’une de l’autre.

Modèle 5 – maison mitoyenne avec accès par la façade principale (III) : caractérisée par la présentation de 4 fenêtres, deux par unité et deux portes éloignées l’une de l’autre.

Table 13 : Typologies identifiées par l’architecte Andrey Rosenthal Schlee dans le processus de basculement de 1996.

Source : SCHLEE, 1996, p.6.

Les résidences de la Vila Belga sont caractérisées par un rez-de-chaussée, et d’autres ont un sous-sol, configurant l’ensemble des habitations d’une volumétrie assez uniforme. Les portes et fenêtres sont encadrées par des reliefs différents en masse pour les maisons mitoyennes et disposent de poutres droites. Toutes les portes possèdent des drapeaux mobile (fenêtre en haut de la porte) ou des fenêtres au-dessus des portes. Les fenêtres sont faites de guillotine, des cadres avec 12 à 24 verres, selon la résidence, et protégés intérieurement avec des volets. Les murs extérieurs, les médiatrices et celles divisant les blocs, qui composent la résidence, sont en blocs de céramique massifs avec un mélange de chaux et de sable. Les couvertures sont faites de carreaux de céramique de type colonial sur une structure en bois de cocotier. Les planchers internes sont élevés pour qu’ils soient protégés de l’humidité et sont en bois, ainsi que le faux-plafond et les cloisons internes. Les murs sont donc simples, construit de telle manière afin d’être en mesure de s’adapter à la distribution de résidence selon la famille qui y vivait. Chaque maison mitoyenne avait un puits pour l’approvisionnement en eau et les égouts se trouvait à l’arrière de la résidence, dans la cour.

Les matériaux préférés utilisés étaient locaux, car dans la ville existaient de nombreuses carrières de différentes qualités, riches de grès rouge, principalement utilisé dans les fondations de bâtiments, comme on le voit dans la Vila Belga et à la gare. Le bois était également utilisé pour la construction était d’origine locale, puisque dans la ville, il y avait beaucoup de bois d’excellente qualité, qui ont été utilisés pour les traverses de chemin de fer et d’autres utilisations dans la construction.

L’ensemble des résidences est distribué à travers quatre voies - deux dans le sens Est-Ouest : rue Ernesto Coronel Beck avec 32 maisons, et rue Pinheiro Machado (maintenant devenue Manoel Ribas) avec 28 maisons, ainsi que 2 composant la pharmacie ; et deux dans le sens Nord-Sud : rue Garibaldi (maintenant devenue Dr. Wauthier) avec 10 maisons et la rue Colonel André Marques avec 13 maisons.

L’ACTUALITÉ DE LA VILA BELGA

Santa Maria Vila Belga Signalização

La Vila Belga est très bien connue dans la ville de Santa Maria. Il y a des panneaux routiers indiquant sa direction. Tous les deuxième et troisième dimanches du mois, est organisée la « Brique da Vila Belga ». Plusieurs ouvrages ont été écrits sur le village en plus d’articles et thèses. Le quartier a également inspiré l’écrivain belge, Evelyne Heuffel, qui a écrit une chronique de l’immigration, avec le titre « Villa Belga : échos d'une émigration dans le sud du Brésil (1904-1910) : romain. Tome I : in-finis terrae "(Bruxelles : M.E.O., 2013.-339 p.-ISBN 978-2-930702-53-7).

Au cours des années, ont été exécutés des projets de revitalisation de la Vila Belga. La ville de Santa Maria, à travers du projet Reviva Centro, a envisagé en 2012 des améliorations des trottoirs et des pavements, peinture des résidences et l’installation de lampadaires avec câblage souterrain. Malheureusement, lors de ma visite en mars 2016, j’ai noté que les pavements et les lampadaires étaient cassés. Beaucoup d’herbe près de plaques d’informations de la ville et plusieurs faits de dépouillement de la peinture gênent malheureusement la visibilité de l’ensemble.

Mais il y a une bonne nouvelle. En décembre 2015 a été présenté au Conseil municipal un projet de loi de la préfecture, qui vise à rendre la Vila Belga, la gare et une partie de l’Avenida Rio Branco un nouveau pôle historique, culturel, touristique, gastronomique et de loisirs, nommé de pôle de la Vila Belga – Centre Historique. Nous espérons, avec une grande joie, que ce projet se concrétise et que cette contribution de la Belgique au Rio Grande do Sul, puisse être vue dans toute sa dimension  historique et innovante, jusqu’à ce jour.

Sources:

  • A Vila Belga / Caryl Eduardo Jovanovich Lopes em “Anais do seminário: Território, patrimônio e memória” (Santa Maria, 2001) p. 122-147
  • A CONPAGNIE AUXILIAIRE DE CHEMINS DE FER AU BRÉSIL E A CIDADE DE SANTA MARIA NO RIO GRANDE DO SUL, BRASIL / Caryl Eduardo Jovanovich Lopes (Tese de Doutorado - Barcelona, Catalunha, Espanha – 2002)
  • Vilas ferroviárias no Brasil : Os casos de Paranapiacaba em São Paulo e da Vila Belga no Rio Grande do Sul / Anna Eliza Finger (Dissertação de Mestrado - UnB - 2009)
  • VERTICALIDADES E HORIZONTALIDADES NOS USOS DO TERRITÓRIO DE SANTA MARIA-RS / José Odim Degrandi (Dissertação de Doutorado - Santa Cruz do Sul – 2012)
  • O CONJUNTO OPERÁRIO DA VILA BELGA EM SANTA MARIA (RS) / Ricardo Rocha
  • Entrevistas com prof. Dr. Caryl Eduardo Jovanovich Lopes, o morador Paulo Conceição e a guia turística Carmen Lorenci em março de 2016

Texte et photos: Marc Storms, mars de 2016

Traduction en français: stagiair Eglantine Mouhanna, Ambassade de Belgique, Brasília, mars de 2017